Catégories
Start-up et applications

Mainframe for DevOps met fin aux silos

«Une fois que la dernière bombe nucléaire a explosé et que la terre s'est refroidie, et que les cafards sont revenus du sol, ils traînent tous avec eux des ordinateurs centraux parce que c'est la seule plate-forme qui pourra résister à cela», Thomas Klinect, un senior directeur de recherche à Gartner, a déclaré SD Times

Alors que Klinect plaisantait quand il a fait ce commentaire lors d'une interview avec SD Times, le point qu'il essayait de souligner était que les mainframes ne vont nulle part de si tôt et devraient cesser d'être considérés comme une technologie héritée.

Les mainframes ont une idée fausse selon laquelle ce sont ces systèmes géants qui sont lents et nécessitent beaucoup de support, mais avec les progrès matériels et logiciels réalisés au cours des dernières décennies, les mainframes sont désormais des plates-formes modernes, efficaces et rapides, a expliqué Klinect.

CONENTE CONNEXE:
La réponse à la pandémie COVID-19 remet les mainframes sous les projecteurs
7 erreurs du mainframe et les vérités que vous devez savoir

L'obstacle qui s'oppose toujours à l'intégration des mainframes dans les transformations numériques modernes est l'aspect développement et livraison d'applications. Traditionnellement, les mises à jour des applications sur le mainframe sont difficiles et les cycles de publication sont trop longs – de sorte que les organisations ont laissé les mainframes en dehors des initiatives de développement et de livraison modernes comme Agile et DevOps, provoquant des lacunes dans le cycle de vie du développement, a expliqué Klinect.

De plus rapport de Forrester a constaté que parce que les développeurs mainframe luttent avec les processus de conformité, le manque de modularité des applications, les processus manuels et les temps de développement incohérents lorsqu'il s'agit de traiter les applications mainframe, cela entrave leur capacité à innover.

Mais alors que les organisations essaient d'aller plus vite et d'être compétitives, il devient évident que les investissements mainframe existants ne peuvent plus être ignorés dans le cadre du parcours numérique.

«Ce que la plupart des entreprises ont appris au cours des 20 dernières années, c'est qu'elles doivent faire évoluer la façon dont elles développent des applications», a déclaré Sam Knutson, vice-président de la gestion des produits chez Compuware. «Pour faire du développement mainframe et répondre aux besoins des clients, nous devons travailler différemment.»

Forrester a également constaté qu'une majorité d'organisations cherchaient à moderniser le mainframe, 82% jugeant DevOps comme une tâche critique ou hautement prioritaire.

En outre, Compuware mène actuellement une enquête sur l'état des mainframe, et les résultats préliminaires ont révélé que 78% des répondants trouveraient utile de mettre à jour les applications mainframe plus fréquemment qu'ils ne le font actuellement, 56% utilisent DevOps sur le mainframe, et les répondants qui ont adopté DevOps voient un retour sur investissement en un an ou moins.

«Les mainframes n'ont pas la flexibilité dont les entreprises ont besoin pour réussir dans le monde numérique. Les organisations sont confrontées à des défis commerciaux et techniques sur le mainframe, les empêchant d'innover et de se transformer en entreprise numérique. Pour éviter les problèmes avec le mainframe, les organisations travaillent autour de lui, le replatformant ou se modernisant. Cependant, chacune de ces tactiques crée de nouveaux problèmes. La bonne nouvelle est que les entreprises qui adoptent le DevOps fournissent plus rapidement et avec une qualité supérieure, tout en favorisant la collaboration », a écrit Forrester dans son rapport.

Pourquoi devriez-vous intégrer le mainframe dans les initiatives DevOps
Selon Knutson, DevOps est l'une des plus grandes forces motrices qui soit entrée dans l'espace de développement d'applications, car elle change la façon dont les entreprises pensent et fournissent des logiciels. Les clients veulent que le travail soit livré en petits lots, des cycles de publication plus courts et des capacités dès qu'ils sont prêts – exactement ce que DevOps promet.

En n'incluant pas les mainframes dans la conversation DevOps, l'espace mainframe est devenu cloisonné et laissé à l'écart des outils modernes, des technologies et des investissements réalisés – ce qui se traduit par l'incapacité d'aller plus vite ou de rester compétitif, selon Eddie Houghton, directeur de la gestion des produits pour les solutions mainframe et d'entreprise chez Micro Focus.

"Il faut être capable de réagir rapidement à un marché en évolution rapide et surtout du point de vue du consommateur, il n'y a pas de véritable fidélisation client maintenant. Donc, pour être réellement en mesure de vous différencier, vous devez être en mesure d'offrir des services plus rapidement et c'est ce qui sous-tend et conduit cette transformation numérique en termes de services que vous pouvez réellement offrir à vos clients afin de rester compétitif ». dit Houghton.

La modernisation du mainframe ne doit pas être confondue avec le levage et le changement de vitesse ou le déchirement et le remplacement, a souligné Knutson. Il y a des décennies et des décennies de travail qui ont été consacrés aux mainframes, et essayer de le recréer en replatformant une application est une perte de temps et empêchera une entreprise alors que ses concurrents avancent.

De plus, Houghton a ajouté qu'essayer de lever et de déplacer des mainframes qui ont essentiellement 200 à 400 millions de lignes de code est une entreprise absolument colossale et introduit une énorme quantité de risques et de pression pour le faire dans un laps de temps souhaitable. «Ce sont des services qui vous apportent une réelle valeur. L'approche à faible risque consiste à dire quelles sont les choses qui m'empêchent d'aller vite. En intégrant le développement mainframe dans un cadre plus Agile, vous pouvez réellement accélérer la livraison du changement, de la découpe du code à son déploiement effectif en production », a-t-il déclaré.

Pour ce faire, il faut comprendre comment vous vous développez actuellement, quels outils vous utilisez, quels sont vos défis et quelle est la culture de l'entreprise.

Selon Houghton, les organisations peuvent mettre en œuvre des outils pour comprendre ce qui se trouve sur le mainframe et comment les données, le code et les solutions sont connectés. Une fois que cela est établi, ils peuvent commencer à prendre des décisions sur ce qu'il faut faire avec ces applications.

De nombreuses avancées ont également été réalisées dans l'espace d'outils DevOps mainframe au cours des deux dernières années pour faciliter l'obtention de l'agilité mainframe. Par exemple, IBM, développeur des serveurs mainframe les plus couramment utilisés, a travaillé au cours des deux dernières années pour fournir une expérience de développeur commune pour le développement, les tests, l'automatisation et l'intégration. Les mainframes ont également été mis à jour avec une expérience d'interface utilisateur moderne et prennent désormais également en charge les interfaces Web et les outils open source.

Il y a également eu une augmentation des applications hybrides telles que les frontaux mobiles et les intégrations basées sur le cloud, rendant les solutions plus accessibles sur le mainframe, selon Peter Wassel, directeur de la gestion des produits pour le Broadcom Division des logiciels mainframe. Wassel a ajouté que l'industrie a maintenant atteint le point de basculement où les outils fermés et propriétaires et les processus en cascade ne sont plus acceptables.

«Les entreprises exécutant des mainframes doivent briser les silos et débloquer leurs actifs pour obtenir un avantage concurrentiel, en particulier contre les natifs du numérique dont les développeurs utilisent déjà DevOps», a déclaré Wassel.

La clé du succès est de s'assurer que DevOps pour le mainframe ne diffère pas de toutes les autres plates-formes que les développeurs utilisent. Avec des outils modernes disponibles, les mêmes outils, technologies et langages peuvent être utilisés sur le mainframe, le cloud et d'autres initiatives, a expliqué Wassel.

«Les personnes, les processus et la technologie mainframe sont intégrés dans des initiatives DevOps d'entreprise déjà établies, plutôt que de concevoir un DevOps mainframe distinct», a déclaré Wassel. «En créant ce pont, vous éliminez la notion de mainframe comme étant« distinct »du cloud et vous permettez aux entreprises de se moderniser sur place.»

Comment attirer les talents
L'un des plus grands défis, mais également des avantages, de l'intégration des mainframes à DevOps est que cela met en lumière la pénurie de talents mainframe. Les développeurs mainframe actuels sont plus âgés et ont travaillé dans des environnements en cascade toute leur vie, selon Klinect de Gartner. L'apprentissage de nouveaux outils et fonctionnalités ne leur est pas aussi facile et ils ne sont pas habitués au changement. Il est donc important de commencer à chercher des moyens d'attirer de nouveaux talents.

La prochaine génération de développeurs sortant de l'université est habituée à travailler avec le développement Agile, l'intégration continue et les IDE modernes, a expliqué Houghton de Micro Focus. Ils ne voudront pas entrer dans un environnement désuet et difficile à apprendre.

«Les entreprises ont été très habituées à embaucher du personnel réparti et ont oublié comment embaucher pour le mainframe. Ils commencent à réaliser que le personnel est éligible à la retraite et qu'ils doivent donc les remplacer », a déclaré Klinect. «Lorsque vous commencez à comprendre pourquoi les candidats ne postulent pas à des emplois mainframe, c'est parce que la plate-forme est généralement produite dans l'écosystème comme une plate-forme héritée. Quelque chose qui s'en va et disparaîtra et si vous y allez, vous allez perdre votre vie et ne jamais y arriver. "

La réalité est que le mainframe est une composante très cruciale et précieuse de l'organisation, il doit juste suivre le rythme des changements qui se produisent, selon Lisa Dyer, vice-présidente de la gestion des produits chez Ensono.

«Vous avez besoin de compétences non seulement pour aujourd'hui, mais pour demain. Nous avons tout ce pool géant de développeurs qui, si nous leur donnons des IDE modernes, cela transforme simplement le code mainframe dans un autre langage pour mon développeur et leur permet d'utiliser les outils qu'ils veulent », a expliqué Dyer.

Wassel de Broadcom a suggéré de se concentrer sur la recherche de personnes qui conviennent parfaitement à l'entreprise et qui ont les bonnes aptitudes intellectuelles et le bon dynamisme plutôt que de se lancer dans le processus de recrutement avec une liste de contrôle des compétences techniques et de l'expérience.

"Les employeurs devraient considérer les talents qu'ils recrutent comme un investissement qui s'étendra sur plusieurs années, plutôt que comme une solution miracle pour répondre à ce qui pourrait être un besoin à court terme. Cet investissement nécessite de la formation », a expliqué Wassel.

Il existe des outils tels que zAdviser conçu pour aider les organisations à comprendre où les développeurs individuels ont des difficultés et à fournir une formation à cette personne plutôt que d'essayer simplement d'appliquer une formation large dans toute l'organisation et de les rendre magiquement Agiles, a expliqué Klinect.

Le point à retenir est que le changement ne se produit pas seulement au niveau du développeur et c'est un changement de culture qui doit se produire dans toute l'entreprise.

«Je dirais que l’apathie est un gros problème», a déclaré Knutson de Compuware. «Il y a encore beaucoup trop de clients qui considèrent le mainframe comme un atout dont les coûts ne peuvent être réduits. Ils essaient de réduire les coûts à tout prix, envisagent la sous-traitance, achètent les outils les moins chers possibles, puis sont choqués de ne pas obtenir les résultats ou les résultats souhaités. Toutes les histoires de réussite de clients dont je parle sont des clients qui considèrent cela de haut en bas comme une étape critique pour l'entreprise et reconnaissent qu'un changement culturel et technologique est nécessaire pour en tirer plus de valeur et que ces systèmes peuvent réellement faire bouger l'aiguille. pour toute l'entreprise. »

La prochaine phase de modernisation du mainframe
Alors que le cloud occupe une place centrale dans les efforts de transformation numérique, les organisations devront apprendre à intégrer les initiatives cloud aux initiatives mainframe.

«À mesure que les entreprises déplacent les charges de travail critiques vers le cloud, une étape clé du processus sera la modernisation. La modernisation ne doit pas être confondue avec l'abandon du mainframe – au contraire, le mainframe fait partie de la plupart des parcours de cloud hybride de nos clients en aidant nos clients à moderniser leurs applications – pas la plate-forme. Alors que les clients envisagent de moderniser leurs applications pour le cloud hybride, il sera essentiel pour eux d'exploiter un ensemble d'outils standardisés communs pour permettre le DevOps dans toute l'entreprise », a déclaré Rosalind Radcliffe, ingénieur distingué et architecte en chef de DevOps for Enterprise Systems chez IBM.

Dyer d’Ensono met en garde contre le fait de ne pas être trop pris par la promesse du cloud. Elle a expliqué qu'il y aura beaucoup de conversations et de préjugés pour déplacer des éléments du mainframe vers le cloud, mais c'est parce que les fournisseurs de cloud veulent que vous utilisiez leurs plates-formes. Dyer ne dit pas que les applications mainframe ne doivent pas être déplacées vers le cloud, mais elle dit que toutes les applications mainframes n'ont pas besoin de sortir du mainframe. Les entreprises doivent aujourd'hui utiliser une plate-forme informatique hybride et déterminer quelles sont les bonnes plates-formes pour les bonnes charges de travail, et comment établir une connectivité et un mode de travail sans friction.

Les systèmes d'engagement tels que les applications mobiles et Web peuvent ne pas être bien adaptés au mainframe et peuvent nécessiter une plate-forme plus hyperscale, mais auront toujours besoin d'une connectivité dans les systèmes d'enregistrements – qui existent toujours sur le mainframe, a expliqué Dyer.

"De nos jours, de nombreux services reposent sur un front-end mobile, mais profitent toujours énormément de la force du mainframe pour offrir une expérience utilisateur optimale, marquée par l’échelle, la résilience, la sécurité, la disponibilité et la protection des données », a ajouté Wassel de Broadcom.

Micro Focus ’Houghton voit une tendance à un plus grand nombre de fournisseurs de cloud qui commencent à s’attaquer au mainframe s’ils veulent s’attaquer à l’obtention de l’infrastructure dont les clients disposent actuellement.

Cependant, Klinect de Gartner affirme que l'adaptation des mainframes pour le cloud revient à mettre une cheville ronde dans un trou carré. Alors que les mainframes sont très similaires au cloud en termes de paiement pour l'utilisation du processeur et de prise en charge des interfaces RESTful et des outils open source, la connexion n'est tout simplement pas encore là. Il a expliqué que le modèle de licence des logiciels sur le mainframe n'est pas encore conçu pour le cloud, mais qu'ils évoluent et changent à mesure que de plus en plus d'open source devient disponible sur la plate-forme, il s'attend donc à ce que le problème soit résolu dans quelques années.

«Une fois que ces deux modèles fusionnent, que le mainframe devient plus flexible et que le cloud de réalisation facture les mêmes cycles de processus qu’un mainframe, je pense que nous verrons un flou entre ce qu’est un mainframe et ce qu’est une boîte distribuée», a-t-il déclaré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *